Les flash mobs, ou le pouvoir des gars en bedaine

Je me suis récemment intéressé au phénomène des flash mobs.  Si vous ne connaissez pas, ce sont des gens qui se donnent rendez-vous dans un endroit public pour faire quelque chose de débile spécial.  Tout ça grâce à Internet, naturellement. Il s’en tient partout dans le monde, incluant à Montréal.

C’est très drôle et…fascinant.

Les analystes se perdent en conjectures sur ce phénomène bizarre et, en apparence, futile.  Certains y voient le signe d’une prochaine révolution sociale.  D’autres affirment que c’est une nouvelle forme de protestation collective. Plusieurs l’utilisent à des fins artistiques.  Et enfin, il y ceux qui rejettent tout ça comme n’étant qu’un tas de conneries.  Chose certaine, ce ne sont pas les analyses savantes qui manquent sur le web.

Vous voulez mon opinion?  Je me fous un peu de la signification sociale profonde des flash mobs.  Par contre, ce phénomène est un moyen extrêmement efficace d’éducation des masses.  Une éducation sur le potentiel d’Internet comme force politique collective.  Politique dans le sens plus large de fonctionnement d’une communauté. Cela inclut également le pouvoir économique.

Même si les flash mobs servent surtout actuellement à réaliser des actions un peu futiles, il n’en demeure pas moins que le phénomène nous démontre le potentiel extraordinaire du web pour l’action politique et économique.  Même si tout ça se fait peut-être de façon inconsciente, la génération Internet montante aura de plus en plus conscience de sa force en tant que communauté et de la puissance de l’outil web.  Et de plus en plus, elle y aura recours d’une façon naturelle et efficace.

Et comme l’impact politique d’Internet ne dépend que du nombre d’internautes partageant l’intime conviction que, collectivement, leur participation peut faire une différence, le phénomène des flash mobs n’est peut être que le précurseur de quelque chose de beaucoup plus important.

Je ne sais pas trop quelle forme prendra cet activisme politique internet. Probablement plusieurs formes. Les flash mobs eux-mêmes en sont certainement une. Les groupes de pression à la Facebook en sont une autre, tout comme certains sites à la sauce Web 2.0.

Mais à mon avis, le meilleur reste encore à inventer.

Les flash mobs ne sont pas en soit une révolution. Mais ils permettent certainement de démontrer un potentiel. Et la réalisation de ce potentiel, lui, produira tôt ou tard une révolution majeure.

Après tout, si grâce à Internet, on réussit à convaincre 100 bonshommes d’investir, torse nu, un grand magasin, on peut certainement en convaincre beaucoup plus de faire quelque chose de significatif.

Une chose est sûre, Internet et le Web 2.0 ont ce pouvoir. Nous avons ce pouvoir. Il ne nous reste plus qu’à l’utiliser.

En attendant, amusez-vous bien en regardant ces quelques vidéos de flash mob complètement délirantes.

Statues
Bang!
Combat d’oreillers
Rave silencieux
Domino

Pierre M

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :