Le vilain Facebook

…ou ma montée de lait concernant Facebook.

En préparant un billet sur le rétrécissement de notre « bulle » privée suite à l’avènement du Web 2.0, je me suis documenté plus à fond sur le phénomène Facebook.

Je savais déjà que certaines pratiques commerciales de Facebook ne faisaient pas l’unanimité et que celui-ci avait dû reculer à deux reprises devant l’opposition de ses membres. J’avais également lu les nombreuses mises en garde de la blogosphère concernant la sécurité des informations sur Facebook.

Personnellement, je n’ai jamais aimé Facebook. Je trouve l’interface usager confus, frustrant et mal conçu. Devoir passer par de trop nombreux écrans me demandant chaque fois d’inviter tous mes « amis », pour pouvoir enfin avoir accès au dernier « poke » en vogue, m’horripile totalement. J’y ai quand même une présence, par curiosité, mais un peu « socialement » obligée.

Mais ce que j’ai appris en creusant davantage le sujet m’a littéralement jeté en bas de ma chaise. L’éthique commerciale de Facebook est plus que douteuse, elle est pitoyable.

Il y a d’abord eu cette affaire des « news feed ». Le concept est douteux, mais surtout, ce n’était pas très brillant d’obliger les membres à l’utiliser sans leur demander l’autorisation. Un manque flagrant de respect pour les utilisateurs. Mais bon, on pouvait peut-être considérer ça comme une erreur de jeunesse.

Mais Facebook a réitéré avec son système publicitaire Beacon, qui, lui, est totalement abusif. Le fait qu’ils aient tenté de passer en douce une telle horreur aux utilisateurs donne une bonne indication de l’éthique de Facebook.

Et apparemment, ce ne serait pas le dernier scandale en vue.

Il y a aussi le fait que Facebook, jusqu’à tout récemment, faisait des misères à ceux qui voulaient supprimer leurs profils. Le petit vlimeux conservait en douce toutes les données des utilisateurs qui désactivaient leurs profils.

Ce n’est pas tout. Facebook a été soupçonné de censurer de ses moteurs de recherches les groupes de pression qui lui sont trop hostiles.

Par-dessus tout ça, il y a la fameuse convention d’utilisation de Facebook, qualifiée entre autres de « crazy » et d’être l’une des plus nulles qui soit. Plus de 60 pages pour nous dire que Facebook peut faire ce qu’il veut des trucs qu’on y dépose, et ce, jusqu’à la nuit des temps.

Un chausson aux pommes avec ça?

La cerise sur le gâteau? Le propriétaire fondateur de Facebook, dont la réputation est controversée, aurait de très mauvaises fréquentations.

Voulez-vous bien me dire qu’est-ce que nous faisons tous sur Facebook?

Parce qu’on leur confie de plus en plus de nos informations personnelles, nous nous devons de n’encourager que des entreprises qui ont la fibre morale nécessaire pour en faire bon usage, sans avoir à constamment surveiller nos arrières. Et Facebook ne semble pas être de ceux-là.

Et le pire dans tout ça c’est que j’hésite à me retirer de Facebook sous peine de me retrouver dans un « no man’s land » social.

Cela dit, je reconnais qu’il faudra nous habituer à voir de plus en plus de notre vie étalée et utilisée sur le web. Mais il y a une limite à la bonasserie.

Facebook est un bien vilain personnage du Web 2.0. Et peut-être que les internautes commencent à le réaliser (ici et ici).

Pierre M

Mise à jour du 3 mai 2008: nouvel exemple de l’incurie de Facebook en matière de données personnelles.

7 Responses to “Le vilain Facebook”


  1. 1 desoies 24 février 2008 à 10:09

    Excellent billet.
    Nous partageons à l’évidence, un certain nombre de préoccupations, et surtout un ton bien im-pertinent.
    Serait-il possible d’échanger par mail sur une éventuelle coopération ?

  2. 2 Modotcom 24 février 2008 à 9:09

    Are you gonna disappear from Facebook? Anyway, I know where to find you. Beaucoup d’amour Pierre de mon coeur!

  3. 3 Pierre M 25 février 2008 à 9:35

    @desoies : Vous pouvez me joindre à l’adresse pierrem100@gmail.com

  4. 4 Bapt 10 janvier 2009 à 6:36

    Excellent!
    Cela résume parfaitement ce que je pensais, et m’a permit de mieux exprimer mes idées.
    Bravo

  5. 5 ELw 4 septembre 2009 à 5:07

    Marrant ça de penser que de ne pas avoir de compte FaceBook nuit à la richesse de ses relations sociales. Ça donne plus qu’à réfléchir, non ? Par exemple, considérez chaque **_Personne_** dont vous êtes « ami » au sens //_facebookal_// : avec combien d’entre elles passeriez-vous une semaine, sept jours !, dans un lieu riche et agréable de votre choix, mais SANS connexion internet ? Et comment faisaient nos grands-parents ? Allez, un peu de courage, il y a d’autres moyens pour avoir une vie sociale riche : participer à des associations, des virtuelles et des « pure-IRLs », fréquenter des « lieux de vie sociale », genre les conférences de musée, les cafés-philo, les troquets à midi, les stades de hockey le soir… Et sur le Net, il y a des tas d’alternatives à FaceBook, dont la plupart sont un peu plus respectueuses de la Personne

  6. 6 moali 20 février 2010 à 9:26

    Effectivement la vie ne se résume pas a une page d’accueil qui vous mentionne combien d’amis vous avez et qui a commenter le fait: « qu’aujourd’hui vous avez manger une pomme ».

    J’ai était inscrit sur Facebook, et ce n’est qu’a bout d’un certain temps que j’ai compris que j’en avait rien a cirer de qui a fait quoi quand et ou. La surcharge d’information même a la désinformation total.

    En rajoutant des connaissances au fur et a mesure on se croit au centre d’un solide réseau de gens, et c’est je pense en sa que Facebook est attirant. Mais on a déjà tous les numéro de téléphone voir les email de nos (vrai) amis. Retirer donc a Facebook cette notion de « retrouver ces amis » et il reste … le voyeurisme.

    Je pense que les plus de 30 ans n’ont rien a craindre de Facebook, mais les vrais cibles sont plutôt les ados, ceux plein de boutons sur la figure et qui se prennent pour le centre du monde en écoutant tokyo hotel.

    Les futurs consommateurs c’est eux. Mais peut on les blâmer avec le conditionnement actuel des média, cf loft story, Castaldy et compagnie…


  1. 1 Big Brother Google « Le monde change…et pourquoi pas? Rétrolien sur 1 avril 2008 à 10:52

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :