Le Burning Man et internet

Pour ceux et celles dont la curiosité avait été piquée par mon billet sur l’avènement du « gratuit », l’édition de mars du magazine Wired consacre sa une à cette tendance. Très intéressant.

Par le fait même, il y dévoile l’un des liens « mystérieux » que j’avais évoqués dans un billet précédent, entre le web et le Burning Man. Il s’agit de l’économie du don (aussi appelé « économie de cadeau ») ou « Gift Economy« . Je dois dire que l’association entre le net et l’économie du don n’est pas nouvelle, loin de là. Mais jusqu’à présent, ce concept demeurait cantonné dans le discours de certains spécialistes et idéologues.

L’économie du don est un système économique où les biens et services sont donnés, sans autres ententes explicites de réciprocité immédiates ou futures. Selon certains, ce fut l’un des premiers systèmes économiques à apparaître dans l’histoire humaine. Dans les premières communautés, le chaman-sorcier-guérisseur soignait les âmes et les corps, le tailleur de pierre confectionnait les outils, la sage-femme aidait aux accouchements, et tous profitaient du fruit de la chasse des chasseurs. Tous avaient un rôle, et en retour tous profitaient du labeur des autres. Pas plus compliqué que cela.

Sur le net, l’économie du don est omniprésente depuis les tout débuts. Que ce soit en rédigeant des blogues, en participant à des communautés du type Wikipedia ou en mettant en ligne les fruits de leurs créations, d’innombrables internautes contribuent volontairement au contenu offert sur le web. Et ce, sans attendre d’autre gratification que celle d’avoir accès à leur tour gratuitement au contenu offert. Cette tendance s’est intensifiée encore avec l’arrivée du Web2.0.

L’économie du don est également l’une des caractéristiques remarquables du Burning Man. C’est aussi l’un de ses principes fondateurs: tous les participants doivent contribuer à leur façon à l’évènement, peu importe la façon. C’est théoriquement un évènement sans spectateurs. En échange, tous profitent gratuitement de ce qui est offert. Et ce qui y est offert est tout simplement exceptionnel, en quantité et en qualité, mais surtout en originalité. Séances de massage, ateliers de toutes sortes, repas, bars (n’oubliez pas vos verres!), musiques, sculptures, expressions artistiques de toutes sortes, des plus simples aux plus extrêmes, raves, spectacles. Et j’en passe et des meilleurs. C’est d’ailleurs ce qui fait de cet évènement un tel phénomène. En fournissant un environnement où les limites et les tabous n’existent pratiquement pas, le Burning Man permet un foisonnement incroyable de la créativité de ses participants.

C’est d’ailleurs une autre similitude importante entre le Burning Man et le web: tous les deux favorisent l’explosion de la créativité humaine. Avec le web, on voit apparaître toutes sortes de formes d’expressions inédites, qui repoussent les limites de l’art et des communications. Dans les deux cas, les raisons en sont similaires. Tout comme le Burning Man, le web offre un environnement où les limites traditionnelles de la création et de la diffusion sont repoussées. Et lorsqu’on ouvre les horizons et qu’on repousse les limites, le potentiel créatif des gens explose.

Pourquoi l’économie du don est-elle apparue si naturellement avec l’arrivée du web? Peut-être bien parce que celui-ci réalise finalement la prédiction faite jadis par Marshall McLuhan, celle de l’avènement du village planétaire global. Et l’économie du don est le système économique qui émerge naturellement dans un village, tout comme ce fut le cas dans les premiers âges de l’humanité.

On peut voir de mauvais côtés à vivre dans un village. Entre autres, notre vie privée l’est un peu moins, et c’est effectivement ce qui arrive avec le web. Mais moi j’y vois également, et surtout, de nombreux avantages.

Pierre M

P.-S. J’en profite pour vous recommander un autre lien concernant le Burning Man. Je vous préviens cependant que si vous êtes du genre à avoir été offusqué par le « nipplegate« , ce site n’est pas pour vous😉 .

1 Response to “Le Burning Man et internet”


  1. 1 modotcom 11 mars 2008 à 5:45

    Pierrot, quand je lis les définitions proposées pour l’économie de don / gift economy dans Wikipedia, je suis presque gênée de mes récents choix de carrière. Utiliser ce dont on a besoin seulement et laisser le reste aux plus démunis. On dit ça; ça fait du sens. Ah oui, ton article parlait du web aussi; tu sais, on dirait qu’on y donne gratuitement puisqu’on reçoit en quantité plus que généreuse des tonnes d’information et d’enrichissement gratuits et pertinents. Good stuff, good start, and the beat goes on.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :