La neutralité du net, une nouvelle lutte des classes

Le sujet de la neutralité du net revient dans l’actualité canadienne depuis quelques semaines. Avec raison. S’il y a bien un sujet important concernant internet, c’est celui-là. Si vous êtes de ceux qui ne savent toujours pas ce dont il est question, je vous en supplie, informez-vous au plus vite et prenez part au débat.

En (très) résumé, la neutralité du net, neutralité de réseaux ou « network neutrality » en langue franque, est le principe selon lequel un réseau de communication (internet dans le cas qui nous intéresse) ne doit pas favoriser d’une façon ou d’une autre un contenu, une application ou un service au détriment d’un autre. Pour plus de détails, je vous suggère simplement de googler tout ça, mais comme introduction je vous recommande les liens ici, ici, et .

Chez nos voisins du sud, le débat est bien engagé et fait rage depuis un certain temps déjà. Tandis que chez nous, il ne fait que commencer. Et ici, il semble vouloir prendre deux formes en apparence différentes.

Il y d’abord le fournisseur d’accès internet Bell qui a été pris en flagrant délit de manipulation du trafic (traffic shaping). Sous prétexte de ménager la bande passante pour ses « honnêtes » clients, Bell ralentit les applications d’échange de fichiers (P2P) surtout utilisé, c’est bien connu, par les méchants pirates. Ce n’est peut-être qu’une drôle de coïncidence que celui-ci vient tout juste de lancer sa propre boutique de téléchargement en ligne, mais vous avouerez que Bell est en très, très gros conflit d’intérêts. Et il ne serait pas le seul au Canada à s’adonner à ce genre de pratique.

Il y a également le lobby culturel canadien (québécois?), l’ADISQ en tête, qui milite ardemment pour un « contrôle de notre environnement culturel » afin de donner « une place prépondérante aux contenus canadiens » sur internet. En clair, l’ADISQ voudrait que le CRTC oblige les fournisseurs d’accès à offrir les contenus canadiens en priorité à leurs abonnés. Ça peut paraître à priori un objectif louable, mais il n’est pas difficile d’imaginer comment cela ouvrirait la porte aux abus de toutes sortes. Sans compter que c’est drôlement une solution de « looser », comme si nous n’étions pas capables de produire du contenu suffisamment bon et qu’on doit donc forcer les internautes à s’y intéresser.

Bref, suite à tout ce brouhaha, le CRTC réfléchit à une possible réglementation et un projet de loi privé a été déposé par un membre de l’opposition à Ottawa pour protéger la neutralité du web au Canada. Mais le débat parlementaire est loin d’être gagné.

Mais ce qui me frappe dans tout ça c’est que, encore une fois, c’est une lutte des classes qui se dessine. Une lutte entre la classe dominante économique, les gros joueurs de l’industrie du divertissement entre autres, et nous, internautes-citoyens-consommateurs « ordinaires », nous le nouveau prolétariat.

Ce ne serait pas la première lutte des classes de l’histoire ayant été provoquée par une percée technologique, loin de là. La révolution industrielle du 19e siècle ainsi que celle de l’automatisation et de l’informatisation au 20e siècle sont toutes des exemples de « sauts » technologiques ayant déclanché une lutte entre la classe politico-économique et la classe ouvrière.

Mais une différence cruciale existe entre ces dernières et la lutte pour la neutralité du net. Une différence qui fait en sorte que cette invention extraordinaire qu’est internet est véritablement en péril.

Contrairement à toutes les autres inventions récentes qui ont façonné notre monde, internet ne favorise pas à priori les intérêts de la classe dominante. On le voit bien avec la « free culture » et les efforts désespérés de l’industrie musicale pour protéger ses acquis, le web donne le gros bout du bâton aux internautes. Comme j’en ai souvent discuté dans ce blogue, bien que beaucoup reste à faire pour le concrétiser, le web donne potentiellement un pouvoir énorme aux consommateurs et aux citoyens.

Mais le problème c’est que ce sont les classes dominantes qui passent les lois. Ou, à tout le moins, qui ont une influence prépondérante sur celles-ci.

C’est pourquoi il est si important que toute la population numérique s’unisse derrière cette cause et passe rapidement aux actes. Ce n’est qu’ainsi que l’on pourra contrer les forces dominantes qui veulent transformer le web en télévision améliorée. Et nous avons pour nous la force du nombre et, grâce au web, la puissance de l’information et du ralliement.

D’innombrables initiatives visant la défense de la neutralité du net existent sur la Toile. Des plus sérieuses aux plus pédagogiques, en passant par les plus alarmistes, celles de personnalités connues, et d’autres pour le moins… originales.

C’est ultimement la survie même du web qui est en jeu et aucun internaute n’a le droit d’ignorer ce débat.

Aux armes numériques, citoyens-internautes! C’est le temps de passer à l’action.

Pierre M

Ajout du 23 juin: voir également mon autre billet sur la neutralité du net.

6 Responses to “La neutralité du net, une nouvelle lutte des classes”


  1. 1 Guy 17 juin 2008 à 11:21

    Salut Pierre,

    En me voyant sur mon site tu te rappelleras de moi dans une certaine soirée Libéral … !

    Je viens de lire ton blog par l’envoi fait par Dominique. Je n’étais pas au courant de cette histoire et je vais donc en apprendre plus et manifester contre le controle. C’est difficille de rester libre dans nos sociétés modernes !!!

    Je suis présentement à chercher comment me faire un site en ligne et y vendre mes propres conférences sur la motivation. Des vidéos de 45 à 60 minutes sur des sujets variés. Les consommateurs pourraient en visonner deux minutes pour voir si cela correspond à leurs attentes et s-ils aiment, payer en ligner et télécharger le doc complet.

    Tu me sembles connaître le domaine plus que moi. Tu peux me donner des pistes sur comment je devrais m’y prendre et est-ce qu’il y a des compagnies qui offrent ce service ? … ou dois-je faire par moi-même ( je ne sais pas comment je ferais ) ou encore existe t-il des logiciels qui permettent cette opération ??

    Beaucoup de questions je sais.

    merci et à +

    Guy

  2. 2 Sébastien 20 juin 2008 à 7:34

    Merci Pierre pour ouvrir ce débat.
    Par contre, mon anglais n’étant pas très spécialisé, pourrais-tu publié sur ton blogue les moyens, en français, pour contrer la dépossession citoyenne d’Internet.

    Merci.

  3. 3 Pierre M 11 septembre 2008 à 9:18

    @Sébastien

    Merci pour le commentaire. Je le ferai dès que possible. Pour l’instant, je n’ai pas grand-chose du côté francophone.


  1. 1 Neutralité du net: l’apocalypse selon internet « Le monde change…et pourquoi pas? Rétrolien sur 23 juin 2008 à 8:48
  2. 2 La fin de l’Internet: des signes avant-coureurs? « Le monde change…et pourquoi pas? Rétrolien sur 16 octobre 2008 à 3:32
  3. 3 Le monde change…et pourquoi pas?» Blog Archive » Neutralité du net: l'apocalypse selon internet Rétrolien sur 1 août 2012 à 11:14

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :