Posts Tagged 'Open Source'

La tablette TechCrunch: l’expérience Open Source

Il y a trois mois de cela, le célèbre blogueur Michael Arrington du populaire site TechCrunch lançait le projet de concevoir une tablette internet « dead simple » pour moins de 200 $. Pour ce faire, il demandait la collaboration des internautes afin de réaliser un ordinateur compact et simple (un seul bouton pour la mise en marche), sans fil et avec écran tactile, conçu spécifiquement pour surfer sur Internet. Et tout ça, selon le modèle Open Source, tant pour le matériel que pour le logiciel. Bref, le genre d’appareil parfait pour le Nuage.

La réponse fut massive et fulgurante : près de 1200 commentaires la journée même de la parution du texte d’Arrington. Depuis, on dénombre plus de 2400 commentaires laissés sur les quatre billets publiés par TechCrunch sur le sujet. On y retrouve d’innombrables suggestions, idées et offres de participation, toutes plus enthousiastes les unes que les autres.

Ce qui démontre bien l’intérêt, non seulement pour le produit, mais également pour ce genre d’initiative.

L’idée d’une communauté collaborant au développement d’un produit Open Source n’est pas nouvelle, loin de là. Il en existe de nombreuses dans le domaine du logiciel, certaines très prospères, et ce, depuis plusieurs années. Les communautés Linux et Firefox sont probablement les plus célèbres et il en existe de nombreuses autres.

Bien que moins connus, les produits Open Source Hardware connaissent également une popularité grandissante. Mais contrairement à leur homologue logiciel, leur mise au point initiale est généralement le fait d’entreprises ayant pignon sur rue ou de petits groupes d’individus, et non pas le résultat d’un travail collaboratif d’une communauté.

Et il y a une bonne raison à cela. La mise au point d’équipements électroniques le moindrement complexes requiert souvent l’utilisation d’instruments spécialisés et coûteux, des efforts laborieux de débogage en laboratoire et des essais de conformité complexes.  Plusieurs des étapes nécessaires à la réalisation d’un produit hardware nécessitent un travail initial et un investissement financier difficiles sinon impossibles à partager via une communauté Internet.

Les communautés gravitant autour des produits Open Source Hardware existants se sont en général formées ultérieurement à leur mise en marché. En modifiant ou en étoffant le logiciel embarqué, en proposant des améliorations au hardware ou en créant de nouvelles applications, la communauté prend par la suite une part plus ou moins importante dans l’évolution du produit, mais le processus initial de réalisation demeure plutôt traditionnel.

À ma connaissance, l’initiative de TechCrunch représente la première tentative de réalisation, à partir de zéro, d’un produit grand public relativement complexe, via le travail collaboratif d’une communauté. Il sera très intéressant de voir comment le groupe de Michael Arrington surmontera les problèmes tels que par exemple, celui de l’homologation du produit (obligatoire pour ce type d’appareil si l’on veut l’utiliser légalement) qui nécessitent l’utilisation d’installations sophistiquées et coûteuses.

Les produits Open Source sont déjà en bonne voie de changer la donne dans plusieurs industries. Si le projet de Michael Arrington est couronné de succès, ce que je souhaite, cela renforcera considérablement cette nouvelle culture de consommation. Car à n’en pas douter, d’autres suivront l’exemple.

Aux dernières nouvelles, le 30 août dernier, un prototype avait été construit. Mais depuis, plus rien. Le projet semble être passé dans un mode « privé », Arrington ayant décidé de « limiter le nombre de cuisiniers dans la cuisine« . Si quelqu’un quelque part a la chance d’être dans le secret des dieux, pleeeeze donnez-moi des nouvelles!

Mais peu importe l’issue, de plus en plus un nouveau choix de consommation nous est dorénavant offert. Le choix des produits « libres ».

Pierre M

Le Cloud Computing, une menace pour Internet?

Je recommande fortement, à quiconque s’intéresse à l’avenir du web, la lecture du livre The Future of the Internet and How to Stop It.

Derrière ce titre accrocheur, mais approprié, j’ai découvert une thèse très érudite et extrêmement intéressante de Jonathan Zittrain qui pourrait bien faire date dans la courte histoire d’Internet. D’ailleurs, le livre, ainsi que les articles précurseurs de Zittrain, font beaucoup parler.

La pierre angulaire de l’ouvrage, et à mon avis son concept le plus novateur et important, est celui de « générativité ».

Selon la définition de Zittrain, la générativité désigne « la capacité d’une technologie à produire des changements inattendus et spontanés, par l’action non coordonnée d’un auditoire diversifié et suffisamment important » (traduction libre).

Ou plus simplement, dans les mots de Nicholas Carr, elle « permet à une foule de gens de créer et de distribuer un tas de choses, pouvant ensuite être utilisées pour créer encore plus de choses » (traduction libre).

Un des exemples les plus représentatifs d’une technologie générative est le papier et le crayon. On ne compte plus le nombre de réalisations humaines, la plupart inattendues, découlant de l’invention du papier et du crayon. À l’opposé, un grille-pain est un bon exemple d’une technologie non générative ou stérile. On ne peut pas en faire grand-chose d’autre que ce pourquoi il a été conçu, soit griller des tranches de pain (des gaufres aussi peut-être?).

Zittrain suggère que la qualité la plus importante du système composé de l’ordinateur personnel et du réseau Internet, celle qui représente le mieux son essence, celle qui a permis la révolution numérique extraordinaire que l’on connaît, c’est la générativité. Parce qu’ils sont hautement génératifs, l’action combinée du PC et d’Internet a permis cette explosion sans précédent de créativité et d’innovation. Et il suggère donc d’orienter les décisions et de juger des technologies et des forces en présence sur le fait qu’elles contribuent ou non à la générativité du système.

Et vu à travers la lorgnette de la générativité, l’avenir d’Internet et du PC serait plutôt sombre­. De nombreuses forces sont à l’oeuvre qui pourraient avoir comme conséquence sinon de tuer, de restreindre considérablement leur générativité à plus ou moins court terme. Avec comme résultat probable un déclin important du niveau d’innovation et de créativité que nous vivons actuellement. Le livre de Zittrain dresse un portrait des menaces à la générativité du système web/PC et propose certaines pistes de solution.

L’une des principales menaces réside dans la tendance vers « l’accessoirisation » des appareils utilisés par les consommateurs pour accéder au réseau.  L’exemple phare de cette tendance est le iPhone. En effet, aussi utile et bien conçu que puisse être l’appareil, celui-ci ne permet pas l’installation et l’utilisation libre d’applications conçues par des tierces parties, sauf celles dûment autorisées par Apple. Le iPhone n’est pas un appareil génératif au sens où l’est le PC.

Et cette tendance serait renforcée par la prolifération incontrôlable des virus et autres « badwares » qui polluent actuellement l’espace numérique, poussant ainsi les utilisateurs à choisir des appareils qui les prémuniraient davantage contre ces nuisances. Ce que font beaucoup plus efficacement les appareils peu génératifs.

Un peu de la même façon, le Cloud Computing menacerait également la générativité du web/PC. En permettant de substituer au traditionnel couple ordinateur personnel – logiciel, un simple terminal web couplé à des applications « dans le nuage », le Cloud Computing enlève à l’utilisateur une partie plus ou moins grande de sa capacité (et de sa motivation) à expérimenter et à modifier son environnement technologique.

Peut-être qu’une des planches de salut réside dans cette autre tendance forte, celle des produits Open Source? On peut argumenter que ceux-ci, parce que pouvant être librement modifiés par quiconque en a les compétences, constituent également un facteur génératif significatif. Un appareil ou une application web Open Source, même si stérile en soi, permettrait de regagner une partie de la générativité perdue, celle-ci se déplaçant simplement de l’utilisateur à la communauté des développeurs.

On peut ou non être d’accord avec les solutions proposées par Zittrain (et plusieurs ne le sont pas), mais son concept de générativité, et l’analyse subséquente qu’il fait de l’état des lieux, est à mon avis tout à fait pertinente et solide. Il y aurait donc réellement matière à s’inquiéter pour l’avenir du net.

Pierre M

P.-S.

1) Le livre est publié sous licence Creative Common et disponible ici. Mais ne soyez pas chiche, si le sujet vous intéresse au point d’envisager de vous taper un livre de 325 pages rivé à un écran d’ordinateur, encouragez plutôt l’auteur et achetez-le.

2) On trouvera ici la vidéo d’une conférence où l’auteur fait un très bon et très divertissant résumé du livre.